Leçon N°48 : ne jamais chercher à faire plaisir !

Leçon N°48 : ne jamais chercher à faire plaisir !

Leçon N°48 : ne jamais chercher à faire plaisir ! 940 360 Christophe LE BEC

Aujourd’hui même, la vie vient de m’apprendre une leçon, ou de me la rappeler tout au moins. Il ne faut jamais agir pour faire plaisir à l’autre. Lorsque nous choisissons de nous comporter d’une certaine manière dans le seul but de plaire, on se trompe immanquablement de voie. Ce n’est jamais juste pour soi. La seule voie à suivre, c’est celle qui sonne juste, qui est légère, douce, qui instantanément apporte une joie, même indicible au plus profond de notre être…

À l’épreuve des carreaux de ciment

Nous étions parti, mon épouse et moi-même, pour acheter de simples carreaux de carrelage de 20 X 20 cm pour compléter une crédence existante, mais qui était trop petite. Bref, nous voilà partis au magasin de bricolage. Normalement, je mets un temps certain, voire un temps carrément long, avant de me lancer dans quoique ce soit. Je réfléchie, je pèse le pour et le contre de chaque solution, parcours les 412 tutoriels vidéo disponibles sur le net, pour finir généralement, par créer ma petite méthode personnelle, jamais tout à fait dans les clous, mais qui me paraît juste pour moi, dans mes compétences, dans mes goûts et avec laquelle je me sens à l’aise. Mais ce jour là, j’ai voulu faire plaisir. Lorsqu’elle m’a dit : « Eh, on pourrait aller acheter le carrelage, il n’est pas encore midi, et tu pourras carreler le mur cet après-midi ! », j’ai répondu : « Mais bien-sûr… » Cet après-midi, mais ouais, pas de soucis ! »

Résultat des courses : tout d’abord, en lieu et place d’un carrelage premier prix, nous sommes repartis avec de véritables carreaux ciment. Notez que là encore, j’ai dit : « Ouais, pas de problème. Okay, c’est plus joli, c’est clair ! ». Là encore, vous noterez que j’ai omis mes habituels réserves qui font que, normalement, j’aurais demandé à réfléchir, pesé le pour et le contre, regarder les 412 tutos réglementaires, etc. Mais, là encore j’ai dit « Oui ! » avec mon plus beau sourire, plein d’une belle confiance.

Je suis lent, j’ai besoin de temps

Mon cerveau est comme du sable dans lequel les idées s’infiltrent doucement. Si je ne prends pas ce temps, je n’intègre rien, je ne comprends rien. Tout reste à l’état d’idées ou de concepts, et cela ne finit jamais par faire vraiment partie de moi.

Faute du temps nécessaire, j’ai posé les carreaux de ciment au mur comme de simples carreaux de carrelage. Il aurait sans doute fallu choisir un autre mortier colle que celui que j’ai utilisé. Ensuite, en visionnant les différents tutos vidéos, j’aurais appris que les carreaux de ciment sont poreux, qu’on ne peut pas utiliser de joints colorés sans risquer de faire des tâches indélébiles, j’aurais aussi vu que pour que cela soit joli, il faut avoir des joints très très fins. Le résultat de mon travail est, selon mes critères personnels, très moche. On ne voit que les joints trop gros. Quel dommage d’acheter des carreaux de ciment aussi jolis pour finir avec un carrelage digne d’un garage ! Voilà ce que me dit mon ego !

Tout est parfait comme c’est

C’est une leçon. Je me rappellerai maintenant à chaque fois que je lave une tasse de café qu’il ne faut pas chercher faire plaisir ! Tant mieux si ce que l’on fait fait plaisir, mais ce n’est pas une fin en soi. Il faut que l’action que vous posez soit juste et vraie pour vous, maintenant. En accord avec vos besoins et vos ressources, pas en accord avec ceux d’autrui.

P.S. Évidemment, cette expérience n’a eu comme seul intérêt que de me montrer ce qui est juste pour moi. Il y a, ne serait-ce que quelques mois, j’aurais été très en colère contre moi. Je me serais traité de tous les noms et j’en aurais voulu à ma moitié que j’aime tant. Je ne fais pas du tout la même expérience aujourd’hui. La colère pointe le bout de son nez, elle commence à monter, mais dès que je la perçois, elle retombe immédiatement du simple fait que je sais que l’ego est en train de se raconter une histoire de bien, de mal, avec des coupables et des victimes pour me protéger. Je vois cette histoire, et je constate que je n’y adhère plus du tout. L’histoire reste à l’extérieur de moi, dit autrement : je ne m’identifie plus à l’histoire…

P.S. numéro 2 : voici à quoi ressemblent des carreaux de ciment parfaitement posés ! ;@)

P.S. numéro 3 : Ma femme n’est absolument pas d’accord avec ma version des faits !

Et elle a raison. Nous voyons tous le réel avec nos croyances, nos peurs, nos jugements. Il est donc logique que chacun soit persuadé que sa perception est la vérité. La liberté intervient lorsque l’on se détache de la perception vue comme une vérité universelle pour voir la perception pour ce qu’elle est.

Pour en savoir plus, poser une question par mail ou prendre rendez-vous, cliquez sur le lien ci-dessous :
Christophe LE BEC, Accompagnement individuel – PONT-L’ABBÉ (ou par SKYPE)

Christophe LE BEC

Accompagnements individuels - Réflexologie -Access Bars

All stories by : Christophe LE BEC