La santé : de l’eau, de l’air, et nos émotions (1/5)

La santé : de l’eau, de l’air, et nos émotions (1/5)

La santé : de l’eau, de l’air, et nos émotions (1/5) 940 360 Christophe LE BEC

Depuis quelques années maintenant, la santé, le bien-être ou encore la volonté d’atteindre le bonheur sont au cœur des priorités des êtres humains. Tant mieux. Manger bio, recourir aux médecine alternatives, se tourner vers les nouvelles thérapies sont rentrés dans les mœurs. La réflexologie, les soins énergétiques ou la méthode Access Bars que je pratique sont des techniques alternatives qui aident le corps, l’organisme comme le psychisme, à rétablir l’équilibre fonctionnel ou à se libérer de croyances limitantes ou de blocages émotionnels. Il n’empêche, même si ces approches peuvent beaucoup et de façon très écologique, elles ne peuvent pas tout.

La réflexologie va permettre le retour à l’équilibre, mais si vous ne modifiez par les paramètres qui ont mené au déséquilibre, celui-ci se réinstallera inévitablement.

La réflexologie, comme toute thérapie alternative, n’exonère pas l’individu de prendre la responsabilité de sa santé et de son bien-être émotionnel. J’entends dire par là, prendre la responsabilité de son état de santé actuel, tel qu’il est…

Je me rends bien compte que de parler de responsabilité personnelle a quelque chose de provocateur, de dérangeant, et même d’irritant. Puisqu’on parle « irritation », prenons le cas d’une personne allergique par exemple. Une personne souffrant de rhinite allergique et/ou d’eczéma pourrait s’offusquer et me répondre : « Qu’est-ce que vous voulez que j’y fasse ? Je suis victime de mes allergies, pas responsable ! »

Quand vous êtes malade ou quand votre patron vous met la pression au travail, comment peut-on invoquer votre responsabilité ?

Responsable, mais pas coupable !

Tout d’abord, admettons une chose. Notre corps n’est pas une simple machine constituée de cellules, d’organes qui nous permet de vivre sur cette terre. Ce véhicule est unique, nous ne pourrons pas en changer pour un modèle plus moderne ou plus luxueux, nous devons donc en prendre soin. Et cela à chaque instant. C’est d’abord cela notre responsabilité.

Ceci étant dit, il est important de s’entendre sur ce que signifie ce mot. Nous avons tendance à nous tromper quant au sens du mot responsabilité. Responsable, ne signifie pas coupable ! Je vous propose de sortir un instant de notre vieille habitude de chercher des coupables et des victimes, de définir ce qui nous arrive en bien et en mal, et de s’en tenir un instant à « ce qui est ». Sans juger « ce qui est ». « Ce qui est » est forcément la perfection, dans le sens ou cela ne pourrait pas être autrement. Encore une provocation !

Même si vous n’y croyez absolument pas, je vous propose de jouer à faire comme si. Essayez, juste un moment. Faites comme si, « ce qui est » maintenant n’était pas un problème, et revenons à notre santé.

L'équilibre est une suite de déséquilibres

L’équilibre est une suite de déséquilibres

Le pouvoir de l’accueil

Acceptons l’idée que la maladie, le trouble fonctionnel, le déséquilibre sont les meilleurs fonctionnements possible aujourd’hui. Ils représentent le chemin le plus fluide que trouve la vie en nous à un moment donné. Se dire cela, même sans y croire totalement, prendre le temps de ne rien ajouter à ça, juste laisser émerger le silence et les sensations en nous, enlève déjà beaucoup de cette charge négative que nous entretenons souvent avec la maladie. Vous savez, tous ces « Pourquoi moi ? », « Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ? » ou « Je ne pourrais pas être heureux tant que… » j’aurais ces kilos en trop, ce mal de dos, ce problème d’asthme, ces troubles circulatoires, etc.

On s’évertue bien souvent à chercher le sens derrière les maux, des raisons pour expliquer cela : cela peut être dû à un environnement avec des produits toxiques, mais aussi un rapport difficile à ses parents, un patron pervers, un deuil qui aurait agit comme déclencheur. Si ces idées passent dans votre tête, ne vous y accrochez pas, ne leur donnez pas votre force, votre énergie. Laissez les passer dans votre tête, regardez les comme on regarde passer des nuages dans le ciel. Sans rien juger. Et si une émotion surgit, ne la réprimez pas, laissez la s’exprimer, accueillez-là, donnez lui le droit d’être comme elle maintenant, toujours sans jugement. C’est une première étape cruciale pour prendre la responsabilité de sa santé.

Christophe LE BEC, réflexologie – soins énergétiques

Suite de l’article La santé : de l’air, de l’eau et nos émotions (2/5)

Christophe LE BEC

Accompagnements individuels - Réflexologie -Access Bars

All stories by : Christophe LE BEC