La part de l’ombre…

Si comme moi vous ressentez une lutte à mort en vous, une tension ou une peur qui vous tenaille jusqu’à la paralysie ou la violence, c’est que « Ça » résiste à l’énergie naturelle de la vie, à ce mouvement organique et fluide qui veut suivre l’élan de la vie.

La part de l’ombre…

La part de l’ombre… 940 360 Christophe LE BEC

Lorsque l’on parvient à se rencontrer tel que l’on est, même si la première fois cette rencontre semble fortuite, et dans la plupart des cas, de très courte durée, il y a un effet « Wouaouh » évident ! Un calme inconnu se répand dans chacune de vos cellules, une détente naturelle qui n’a d’autre origine que le relâchement de la tension musculaire et psychique qui maintenait jusque là le personnage debout. Cela fait l’effet d’une rencontre amoureuse avec soi. Tout à coup, sans jugement, sans haut ni bas, sans temporalité, vous voilà immense, tout flottant dans les airs, enveloppant tout l’espace autour de vous. L’espace d’un instant, soi, le monde, tout, partout, semble simplement juste et cohérent, à sa place. Un genre de miracle. Mais le miracle ne dure jamais longtemps.

Soudain, une pensée surgit, « Mince, il faut que j’aille acheter du pain ! », par exemple (remplacez par ce qui vous vient naturellement à l’esprit maintenant : je suis gros(sse), moche, con, stupide, nul, incompris, quel menteur celui-là, etc.), n’importe quelle pensée fera l’affaire. Vous voilà accroché dans le fil de l’histoire, de nouveau pris dans les filets du temps, le bien et le mal, ce qu’il faudrait faire ou ne pas faire pour être enfin aimé et heureux. C’en est fini du miracle !

C’est reparti ! Vous vous sentez à nouveau contraint, tendu, là maintenant. C’est que vous jouez encore les contorsionnistes pour vous glisser tant bien que mal dans le rôle que vous avez écrit pour vous insérer dans cette sombre histoire familiale. Vous luttez pour interpréter « Monsieur Parfait » alors qu’en vous s’agitent des forces contradictoires, des jugements, des interprétations, des conditionnements, des peurs, des désirs. Vous savez pertinemment que vous n’êtes absolument pas ce que vous feignez d’être, ce type à la cool qui sourit alors qu’il a peut-être envie de fuir à toute jambes, ou de ne rien foutre du tout, ce gentil garçon qui obéit aux injonctions de maman ou de papa pour obtenir l’affection de la première et la sécurité du second. Vous êtes ce pauvre gars qui patauge dans une soupe bien chelou où tout sonne faux, surtout vous !

Ca été et c’est encore mon cas parfois. Je suis ce type pas joli-joli qui ment, à sa femme, ses enfants, à lui-même avant tout. Il arrive que je mente à la vie. Je ne l’honore pas, mieux, ou pire, je la fuis.

Si comme moi vous ressentez une lutte à mort en vous, une tension ou une peur qui vous tenaille jusqu’à la paralysie ou la violence, c’est que « Ça » résiste à l’énergie naturelle de la vie, à ce mouvement organique et fluide qui veut suivre l’élan de la vie. Si cette énergie merdique, toujours la même, revient inexorablement dans certaines situations sans que vous n’ayez le choix de votre attitude, alors vous être prisonnier d’une blessure du passé. Et là… c’est la merde, mec !

Personnellement, j’ai très longtemps refusé la vie. C’était niet. Il en a été ainsi durant 50 ans. Ça n’a jamais bougé d’un centimètre. Ma peur de vivre était si grande que ma quête se limitait à obtenir de la protection. Je m’accrochais misérablement à la non-vie de Christophe tout en ressentant, dans le même temps, que j’étais totalement la vie, sans attente, sans besoin, sans concept. Quel paradoxe, non ? Je réclamais le néant protecteur en rêvant d’être : un comble.

J’ai connu deux expériences d’éveil, à chaque fois lors d’hospitalisations en urgence. Elles sont comme des phares dans ma nuit. Je m’y suis accroché comme le naufragé en perdition s’accroche à la lueur du phare à l’horizon pour garder espoir. Mais la réalité est que je ne voulais absolument pas bouger, rien accueillir. J’étais pris dans une énorme contradiction. J’avais vu la lumière, mais je refusais de sortir de ma grotte. Une part en moi blessée était blottie dans un recoin, et un cerbère zélé protègeait cette part de toute possibilité de blessure. Je voyais, je savais, mais je ne poulais pas changer. Je le disais aussi haut et aussi fort que je pouvais : ça ne changera pas. Je ne veux pas vivre cette vie, l’ouverture, tout ça.

J’ai longtemps cru qu’il me fallait simplement ne plus alimenter l’histoire, ne plus croire à ce personnage pour être. Être. Cela semble si simple, si naturel. Être ne demande à priori aucun effort, ni aucune intention particulière. Être n’implique aucune direction à emprunter, aucun acte à réussir, aucun examen de passage. Je suis, quoi que j’en pense, Je suis quoi que je fasse. N’êtes-vous pas d’accord ?

Tout cheminement spirituel vous invite à explorer la voie impersonnelle : « je suis la vie, je suis ce qui est. Je suis relié au tout, je suis le tout. Plus ça va, plus je me sens totalement relié aux autres en tant que facettes de la conscience. Nous sommes tous Un. » Tu parles !

Vouloir être, pour la plupart des gens, c’est d’abord vouloir changer ! N’avez-vous pas l’impression que « vous serez heureux quand vous aurez ou lorsque vous serez… ? ». Je ne sais pas ce qu’il en est pour vous, mais pour moi, ce désir ne me quitte pas complètement. Je peux l’oublier un moment, mais il revient au galop à la moindre occasion.

Je constate que, quelques soient mes efforts, je ne parviens pas me couper de l’identité, du personnage. Il est là, et je suis cela. Je suis ce type qui ressent qu’il n’est pas uniquement ce personnage, pas plus qu’il n’est seulement la conscience. Il y a l’absolu, et il y a la réalité. Je sais que je suis la conscience faisant l’expérience de l’incarnation. Ouais, d’accord ! Mais je m’en tape des jolis mots. Et ça demeure encore des jolis mots. Le passage d’un plan à l’autre « d’une réalité » à une autre ne se fait pas toujours de façon fluide et juste. Ça ressemble parfois à une faille, voire une faillite ! Un truc bancale, mal branlé, une cote mal taillée. Et bien, accueillons ça aussi ! Ca fait partie de la vie.

Je remarque après avoir conclu ce texte qu’il manque un mot essentiel. À aucun moment il n’est même mentionné… Amour. Ce texte est comme un petit préambule à l’amour. Et la vie est énergie d’amour, dans le sens d’élan vital inconditionnel.

Christophe LE BEC

Accompagnements individuels - Réflexologie -Access Bars

All stories by : Christophe LE BEC