Comment faire pour pour enfin vivre dans la paix ?

Comment faire pour pour enfin vivre dans la paix ?

Comment faire pour pour enfin vivre dans la paix ? 940 360 Christophe LE BEC

Marre d’être en colère, de ressasser le passé ou de vous projeter dans l’avenir sans vivre le présent, fatigué d’avoir peur, de défendre des positions ou de vous sentir mal aimé ou rejeté ? La solution est aussi simple qu’incompréhensible pour notre cerveau gauche qui analyse, classe, conclue pour tenter de comprendre le monde et de maîtriser sa vie, l’avenir, les autres. La solution est simple : ne cherchez pas à changer.

Vouloir changer est un leurre

Méditer, faire le vide, vouloir accepter ce qui est à tout prix, toutes ces techniques visant à vous rendre plus sereins, ne vous permettront jamais de changer. Changer quoi d’abord ? Vous ne feriez que changer le personnage, l’améliorer. En faisant cela vous renforceriez encore votre mental qui ne demande pas mieux que de s’améliorer pour survivre. Votre mental n’a qu’un but : avoir raison, convaincre les autres d’adopter ses vérités, son point de vue. Laissez donc ce personnage vivre sa vie, s’emporter, aimer, jouer au PMU, séduire, détester, regarder la Ligue des champions, se dorer la pilule au soleil sur la plage ou se prendre la tête avec son patron, ses parents, ses enfants. Simplement, regardez le faire, faites juste un petit pas de retrait, ne vous identifiez pas à lui, à ses croyances, à l’histoire. Ne vous laissez pas pas prendre par le fil du temps. Le temps est comme une toile d’araignée dont on est prisonnier. Le temps vous oblige à vivre dans l’horizontalité, avec un début et une fin, et toutes les angoisses que cela génère.

Il n’y a qu’ici et maintenant, tel que cela est…

Revenez ici et maintenant. Toujours. C’est cela la seule méditation qui compte. Revenir ici, c’est revenir à soi, car c’est en soi que tout se joue, que tout se crée. Le monde que l’on perçoit, avec ses luttes et ses tensions n’existe que parce que nous y croyons. Chaque être humain voit le sien en étant persuadé que ce monde s’impose à toute l’humanité, que cette vision du monde particulière est la seule qui soit vraie. C’est un leurre. Exactement comme vouloir changer est un leurre.

Pouvez-vous percevoir que derrière le désir de changement, il y a encore la croyance que le personnage est le centre, le créateur de notre vie, le décideur de nos actes, et que notre monde s’impose au 7 milliards d’autres mondes ?

Lorsque vous revenez ici et maintenant, le temps n’existe pas, le temps n’a plus aucune force, l’histoire n’existe pas non plus. Vous n’avez plus d’âge, plus aucun problème. Ici, tout est calme, immuable. Vous êtes simplement ce qui perçoit les pensées, les croyances, les jugements. Observer les pensées apparaître puis disparaître comme elles sont venues, c’est faire l’expérience que vous n’avez aucune prise sur ce qui vous traverse. C’est comme respirer, éliminer les toxines ou dormir. Décidez-vous de respirer ? Non. Cela se fait naturellement, sans y penser. Cela se fait. Rien ne vous empêche de penser à respirer par moments. Mais que vous y pensiez ou pas, cela se fera. Le corps n’a pas besoin de votre mental pour fonctionner au mieux de ses possibilités, pour s’adapter aux conditions du moment. Observez cela. Prenez le temps, dans le silence, de constatez que votre corps fonctionne tout seul, que des pensées surgissent.

Libéré, délivré !

Tourner son attention vers ce qui perçoit les pensées, sans rien vouloir changer aux pensées, à la situation dans laquelle vous êtes, est le début de la délivrance. Au début, l’exercice est carrément chiant, perturbant et/ou démoralisant. « A quoi bon ? » « Cela n’a pas de sens, c’est idiot » « À quoi ça sert de ne rien faire ? ». En fait, prenez conscience que le mental est perdu lorsque vous renoncez à aller mieux, à changer, lorsque vous renoncez à avoir raison. Il cherche simplement à survivre en ressortant de sa vieille mémoire des tas de raisons pour justifier que cela s’arrête immédiatement. Mais là encore, ne cherchez surtout pas à changer quoi que ce soit ! Ne cherchez pas à changer, il est là le secret, si jamais il doit y en avoir un. Constatez comme cela s’agite dans votre tête, comme il y a de la lutte. Le mental ne veut pas perdre le contrôle sur votre vie, sa vie, son monde. Demeurez tranquille à l’intérieur de vous. Laissez faire le silence. Je sais, ça n’est pas facile. Recommencez encore dès que possible. Ne jugez rien. C’est juste parfait comme cela est. Petit à petit le détachement au personnage et à l’histoire va vous apparaître, quelque chose va infuser lentement.

La paix est juste là, si vous ne cherchez pas à changer et que vous revenez au Soi, à l’intérieur de vous, à la maison. Revenez au Soi, encore et encore. Toujours.

 

Christophe LE BEC

Accompagnements individuels - Réflexologie -Access Bars

All stories by : Christophe LE BEC