J’accompagne qui, comment, pour quoi faire ?

Contacter thérapeute Finistère

J’accompagne qui, comment, pour quoi faire ?

J’accompagne qui, comment, pour quoi faire ? 1920 1057 Christophe LE BEC

Comme je l’ai rappelé dans un texte précédent (cf. Comment faire pour changer ? ), il n’y a rien à faire, rien à changer pour être. Simplement (si j’ose dire), être en contact avec la vie suffit. A partir du silence en soi, nous pouvons ressentir totalement ce qui nous habite (sensations physiques, tensions, peurs, colère, etc.) sans chercher à se cacher derrière un masque social, sans plus se prendre pour ce faux-self, sans plus écouter les pensées qui définissent l’expérience en bien ou en mal, en mieux ou en moins bien, ou en coupable et victime. Se laisser agir par la vie que nous sommes, juste laisser la décontraction expanser la vie au travers de soi, il n’y a aucune autre exigence : « That’s all folks ! »

La vie se vit !

Je n’ai aucun problème avec ce constat : vous n’avez pas besoin de moi, ni de quelque accompagnant que ce soit : thérapeute, coach, etc. La vie se vit, il s’agit d’une expérience organique, sensorielle, elle ne se pense pas. Toute pensée sur ce qui vient, instille le doute, le malheur et le jugement. Il convient d’accueillir ce qui est, laisser faire, sans juger. Même si la vie se montre difficile par moments, ainsi va la vie. La mort, la séparation, la perte de son travail font parties de la vie. Une vie « éternellement » heureuse ou qui ne nous touche pas, parfois durement, ça n’existe pas. Se laisser agir par la vie plutôt que de vouloir la diriger à coups de volonté, ou de vouloir absolument se comporter de manière à être une « bonne personne » demande d’accepter sa vulnérabilité. Et parfois, sur cette pente difficile, sentir un regard ami, pouvoir dire ses peurs sans se sentir juger ou sans se voir proposer des solutions toutes faites représente une aide précieuse. L’homme est un animal social.

J’écoute !

Mes approches, mes outils si on peut appeler ça ainsi, s’adressent à celles et ceux qui ressentent le besoin de ne pas être seul(e)s. Mon aide consiste avant tout en une écoute active pour vous aider à trouver, par vous-même, un chemin vers plus de compréhension, vous aider à ressentir vos blessures, vos peurs, là où ça coince dans votre corps. Je le répète, je ne suis l’apôtre d’aucune « méthode », je n’en ai pas, d’aucun miracle ; il y a juste à accueillir. Avec honnêteté, sans se défausser ni s’excuser de rien. Je propose juste une invitation à aller regarder en soi les croyances qui s’y tiennent.

Dialogue

À travers le dialogue (accompagnements individuels), j’interroge avec vous ce que vous prenez pour vrai, ce que vous croyez être vous, ce qui vous a défini jusqu’à présent, et qui est toujours un mensonge. C’est tout. Voir le mensonge, comprendre pourquoi vous avez fait le choix de mentir, de cacher ce que vous êtes vraiment, va immédiatement soulager la culpabilité et/ou la colère qui l’accompagnent.

Je me débrouille pour créer les conditions d’un « désapprentissage » de qui vous croyiez être jusque là ! Je viens « titiller » votre questionnement. Vous permettre de vous autoriser à être neuf à chaque instant, tel est le travail que j’aime faire, que je pratique depuis tout petit d’une certaine manière, et dont j’ai fait mon métier ces dernières années. Nous ne sommes pas nos pensées, nous sommes la vie, l’amour en action.

Morphopsychologie

La morphopsychologie s’avère une aide précieuse. Cette pratique basée sur la comparaison de traits physiques permet d’entrevoir sa personnalité, sous un jour nouveau, et surtout pour ce qu’elle est. La personnalité, ce que nous prenons pour nous, avec son histoire, ses blessures si singulières, se révèle à travers les caractères physiques. Vous n’êtes pas votre personnalité (le masque de l’individu qui joue le jeu de rôles du monde et des apparences). D’ailleurs votre morphologie habille votre âme, pourrait-on dire symboliquement.

Mais ce n’est évidemment pas aussi simple et binaire. La morphopsychologie ne repose pas que sur les traits extérieures, elle s’appuie aussi fortement sur les tempéraments (sanguins, colériques, lymphatiques, etc) qui sont autant d’inclinaisons naturelles qui ne doivent rien à votre histoire, mais qui nourrissent votre histoire et les pensées que vous entretenez sur vous-même.

Le portrait morphopsychologique permet donc de se distancier du corps. Ce corps avec et à travers lequel vous percevez le monde n’est pas ce que vous êtes. Il est votre véhicule, l’interface avec laquelle vous interagissez avec le monde, les autres.

Les autres aussi sont dans des véhicules qui arborent un nom différent, qui eux aussi ont des « caractéristiques techniques » particulières. Les connaître permet de pouvoir se rencontrer soi-même et rencontrer l’autre derrière le masque, de cœur à cœur, au delà des jugements et des croyances personnelles.

Réflexologie

Je pratique la réflexologie depuis 2007, après avoir été diagnostiqué d’une maladie rare au pronostic pas toujours très bon et qui nécessite un suivi très régulier, un traitement lourd de conséquences à long terme. La réflexologie permet de revenir au corps, au corps « médecin ». Cette méthode est un soin et aussi une méthode de relaxation. Elle est parfois le seul moyen pour certaines personnes (je travaille sur les zones réflexes des pieds) d’être touchées sans se sentir agressées par la présence de l’autre. Une séance représente une occasion unique de revenir à soi, sans effort. Cela en fait une porte d’entrée royale pour une forme de méditation centrée sur les sensations physiques.

Access Bars

La méthode Access Bars représente dans ma pratique une manière rapide et puissante pour débrancher le mental et les pensées. En cela, elle est très complémentaire de la réflexologie.

Conclusion

Je n’ai aucune vérité à apprendre à qui que ce soit. J’aime simplement regarder là où ça se contracte, là où ça coince. Je constate avec beaucoup de joie comment la vie m’a amené sur ce chemin, presque malgré moi. Il y a de l’intérêt personnel, évidemment, et aussi du « hasard »* dans le fait d’utiliser toutes ces approches en synergie. Chacune a modifié ma conception du soin. Du scénariste qui rêvait de « pécho de la meuf », au réflexologue qui souhaitait simplement soulager les maux physiques, me voici aujourd’hui quelqu’un qui cherche à faire la paix avec ce qui nous habite, à ressentir une paix intérieure dont je n’avais pas idée il y a seulement quelques années en arrière. Je n’ai pas changé, mais je me suis ouvert à plus large que mes pensées. *Il n’y a bien sûr aucun « hasard » sur terre, juste la vie qui joue, qui fait son chemin à travers nos cellules. 🙂

Il n’y a pas une vérité, il y a autant de façons de faire ou d’être que d’individus. Notre devoir d’être humain est d’oser être soi, au lieu de lutter contre ce que nous sommes. Si le cœur vous en dit, libre à vous de venir dialoguer avec moi…

Christophe LE BEC // Tél. 06.79.23.78.38.

« Je veux que vous vous acceptiez tels que vous êtes.
C’est comme cela que l’existence vous a voulu.
Vous ne vous êtes pas confectionnés vous-même.
Toute la responsabilité en incombe à la vie.
Elle devait avoir une place pour une personne comme vous, sinon vous n’existeriez pas.
L’existence a besoin de vous tels que vous êtes. »

Osho